5 Questions à Pascal Briet, créateur de Cook&Be

Bonjour à tous ! Cette semaine, j’ai décidé de mettre à l’honneur un homme discret et charmant du sud du Sud-Finistère. Rencontre avec Pascal Briet, créateur de Cook&Be et freelance :

Pascal Briet

– Tu nous fais une petite présentation ?

Pascal, 30 ans, avec trop de projets en tête pour une seule vie !
Rétrospectivement, j’ai l’impression d’avoir été téléguidé dans l’univers startup : pour mon stage de fin d’études d’ingénieur, je me suis « résolu » à aller dans une PME parisienne, puisque mon premier choix – Orange – avait finalement annulé son offre.

Ce petit aléa aura influé tout mon parcours : des aventures à taille humaine dans des petites structures agiles. Le dernier endroit où je souhaite bosser désormais, c’est dans une « grosse boîte ».
Bref, de Paris, je suis passé à Oxford, puis je suis « retourné » en Bretagne créer ma boîte. Entre guillemets, puisque je suis nantais d’origine (bouuh 🙂  )

Mes domaines de prédilection : les technos web à haute complexité (algorithmes, optimisation, big data, …). Les architectures logicielles complexes, c’est mon dada.

– Peux tu nous expliquer en quoi consiste ton activité numérique ?

Depuis mi-2013, mon quotidien, c’est Cook&Be, « l’alimentation connectée ». Un site web qui propose des idées repas personnalisées et génère une liste de courses.

Cook&Be s’adresse au grand public, pour faciliter la vie au quotidien  (« Qu’est-ce qu’on mange ce soir ? »), ou pour des raisons de santé (diabète, cholestérol, surpoids, …)

De mon côté, c’est le travail passionnant et « dévorant » d’entrepreneur : beaucoup de prises de contact, de rédaction de documents variés, de concours, gérer la compta, la communication, mais aussi tous les aspects techniques. Dieu merci, je ne travaille pas dans un garage, mais l’esprit y est !

A la rentrée, je me lance aussi à mon compte en tant que prestataire en freelance (http://python-freelance.com/).

– Pourquoi le Finistère ?

Excellente question !

C’est un choix « de coeur ». Quand je me suis lancé dans Cook&Be, j’y ai adossé un projet de vie : m’installer dans un lieu qui me correspond.
Je ne supporte pas la densité des villes, et je baigne dans la culture bretonne depuis mon enfance  (je suis joueur de harpe celtique). J’ai choisi une ville à taille humaine (comme les entreprises au final !) : Quimperlé.

L’avantage d’être dans le Finistère, c’est à la fois le cadre de vie fantastique et l’accompagnement de proximité : la densité de startups est aussi plus faible 🙂Inconvénient : les rendez-vous physiques impliquent souvent de longs trajets…

Je suis assez « choqué » de voir une telle concentration des emplois numériques sur Paris. Un développeur travaille bien mieux dans un environnement de qualité, pour un coût plus bas…  pourquoi s’acharner à tout faire là-bas ?

– De nouvelles envies ? Des futurs projets ?

Pour l’instant, j’ai déjà bien assez à faire avec mes projets du moment 🙂

Mais des projets, j’en ai beaucoup en réserve. Je les garde pour le moment venu : associatifs, autres créations d’entreprise, … je verrai bien où la barque me mène !

– Un coup de cœur ? Une URL à partager ou un mot à glisser ?

Déjà un grand merci aux fondateurs et aux personnes investies dans la cantine numérique. Je sais que ça représente beaucoup d’énergie, et je suis vraiment admiratif devant tous ces efforts pour dynamiser le Sud-Finistère. Merci aussi à la technopole, toujours présente.

Pour finir, deux petits liens que j’apprécie (qui n’ont rien à voir) :

– Des frissons à écouter Ennio Morricone : https://www.youtube.com/watch?v=1-rHdSWZLpQ
– Pour les geeks, une nouvelle vision des statuts HTTP : https://http.cat/

Comme d’habitude, un grand merci Pascal d’avoir pris le temps de répondre à mes questions. Après le sud du Sud, je vous donne rendez-vous la semaine prochaine avec une Brestoise. Bonne semaine à tous !

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *