Back to Le Jardin Numérique

Le festival « Jardin Numérique » se tenait à Rennes du 1 au 4 février. Au programme: ateliers, conférences et expositions, sur le numérique et surtout la bidouille! Le programme était alléchant, c’est pourquoi j’ai décidé d’y passer 2 jours et franchement, je n’ai pas été déçu!

Accueilli jeudi 2 février par un froid glaciale, je me suis rapidement réfugié à l’intérieur du Jardin Moderne qui abritait la majeur partie des activités. Après un coup d’œil rapide sur les différents ateliers, j’arrive juste à temps en salle Arduino pour découvrir la présentation. Faute d’avoir pris mon netbook, je ne pourrais pas faire beaucoup plus. Peu importe, je me retrouve dans la grande salle d’accueil et mon regard est attiré par le stand que John Lejeune, de Hackable Devices, partage avec Mitch Altman, figure historique du hacking et fondateur du hackerspace de San Francisco: Noisebridge. Connaissant la popularité du personnage, je m’approche timidement et découvre un homme d’une grande gentillesse tentant de répondre en français aux diverses questions.

Il proposait différents kits électroniques à monter soit même sur place. J’opte pour le célèbre badge « Hello! My name is » en LED. Profitant d’un moment de calme, Mitch s’installe à coté de moi et me guide sur les différentes étapes. Avec le sourire, il me rappel la façon de souder et s’assure régulièrement que tout se passe bien. J’ai vraiment été touché par sa gentillesse et son envie de partage. Vu le nombre de LED, j’y ai passé un petit moment et l’après midi se termine sur une photo.

Jeudi soir, place à Jérémie Zimmerman, co-fondateur de La Quadrature du Net, pour la conférence « Qui veut contrôler Internet? » aux Champs Libres. Première constatation: la salle est comble et je suis étonné de voir un publique aussi large. Des jeunes et des moins jeunes, des chics et des moins chics, le peuple est il en train de prendre conscience que c’est ses libertés qui sont en jeux? Il faut croire et c’est plutôt une bonne nouvelle!

ACTA, Hadopi, Anonymous, … tous les sujets d’actualités sont exposés. Les projets de lois liberticides sont démontés un à un et des alternatives viables pour soutenir la culture sont proposés. Vu les différents profils dans le public, le peuple semble prendre conscience que les choses ne vont pas dans le bon sens et qu’il pourrait bientôt en être les victimes. Reste maintenant à avoir des hommes politiques qui décident de ne plus être à la botte des différents lobby.

Trois petites phrases que j’ai noté:

« Les hackers sont la vigie citoyenne comme les canaris dans les mines pour donner l’alerte », « Le droit doit s’adapter à la société. Ce n’est pas à la société de s’adapter au droit! » et « Internet, c’est le P2P et il faut revendiquer ce droit au partage ».

Vendredi 3 février, direction la Cantine Numérique de Rennes pour y glaner quelques informations. Il s’agit d’un regroupement d’associations qui ont le soutien des collectivités et d’un certain nombre d’entreprises privés. Vous pouvez venir vous y informer, y suivre une conférence ou y travailler dans l’espace coworking.

Ceux qui me connaissent savent que je rêve, de moins en moins secrètement, d’un tel espace à Quimper. Lieu de rencontre, d’échange, de partage, de formation et de travail, elle pourrait facilement devenir un moteur de l’économie numérique local et un outil de vulgarisation des nouvelles technologies. Du coup, j’avance sur le projet et quelques soutiens se sont déjà manifestés. Cela sera l’objet d’un prochain article.

Direction le Jardin Moderne ensuite où j’y retrouve mes amis Brestois. David Bozec, de La Maison du Libre, va réussi à réconcilier Manon Le Corre, de la société Nereys, avec la soudure en l’épaulant dans le montage d’un TV B-Gone. Pendant ce temps là, Jessica Pin, de l’AFEIT, approfondi ces connaissances en Arduino.

Crédit: Mitch Altman

15h30: début du Mind Mapping sur : « Quels Fab Labs / lieux de fabrication à Rennes et en Bretagne ? ». Beaucoup de monde de toute la Bretagne, ca fait plaisir à voir. Tout le monde se sent concerné et l’on tente de définir le format, la méthode et les possibilités pour faire avancer rapidement les différents projets. Rennes à une longueur d’avance mais les quatre départements regorgent de personnes de bonne volonté qui poussent les différents projets.

Après un rapide casse croute, place à la Table ronde : « Focus sur les Fab Lab(s) / Hackerspace ». C’est Mitch Altman qui prend le premier la parole pour nous faire part de son expérience et de sa vision. Pertinent, il démontre que les hackerspace fonctionnent et qu’il en a fait une philosophie de vie. S’en suivent de nombreux échanges entre les intervenants et le public, encore une fois en nombre, sur la gestion des hackerspaces. Nourri pas l’expérience de tous, chaque problématique trouve au moins un début de réponse mais la principale conclusion est : il faut se lancer! A trop vouloir tout définir, on perd un temps précieux alors qu’aucun ennui n’est véritablement bloquant.

Un dernier verre à l’apéro CodeLab où j’ai la chance de rencontrer un Quimpérois, membre de Linux Quimper, et voilà mon périple Rennais qui se termine. Quel plaisir d’avoir pu côtoyer pendant 2 jours des personnes aussi ouvertes et motivées. Je ne serais pas étonné que 2012 soit l’année du numérique en Bretagne!

Articles en relation

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *